Le point de vue de Schneider Electric

"Schneider Electric utilise la technologie “Internet des objets” pour répondre aux besoins des clients de façon différente et innovante. Certaines problématiques ne sont pas nouvelles comme raccourcir les temps morts dans le processus de production, alors que d’autres défis émergent tels que le développement durable ou les exigences de conformité réglementaire. 
Nous nous appuyons  sur la connectivité, les datas résultantes, le Big Data pour libérer de nouvelles sources de valeur pour nos clients à travers nos solutions et services.
IoT crée une révolution tant dans notre Business modèle et nos pratiques managériales que dans ceux de nos clients. Nous sommes persuadés que la collaboration de Schneider Electric avec ESCP Europe va offrir aux étudiants une occasion d’apprendre et de dessiner les contours de ces pratiques émergentes et de se positionner comme la future avant-garde sur ces sujets."

Cyril Perducat
EVP - IoT & Digital Transformation
Schneider Electric

Le point de vue de Valeo

"Valeo, équipementier automobile mondial de rang 1, a défini ses axes stratégiques autour du véhicule propre, autonome et connecté. La connectivité sera au cœur de la conduite autonome et de l’usage des véhicules, dont les véhicules électriques, au sein des villes intelligentes.

Valeo est aujourd'hui un leader mondial pour la conception et la fabrication des capteurs d'aide à la conduite ("ADAS sensors"), des boîtiers de télématique embarqués ("TCU") et des interfaces homme-machine ("HMI") connectés. Ces composants sont au centre de la génération et de la communication de données concernant le véhicule lui-même, l'environnement dans lequel il se déplace, et aussi son usage. 

La connectivité ouvre par ailleurs la voie à de nombreux services, encore à inventer et diffuser : maintenance préventive, eCall, gestion de flottes, auto-partage, localisation de bornes de recharge électrique, ou de places de parking, solution d'assurance individualisées…

Les équipes de Recherche & Innovation et Marketing de Valeo sont engagées depuis plusieurs années déjà dans l'élaboration de ces nouvelles solutions technologiques - et de leurs business models - toutes créatrices de forte valeur."

Patrick Sega
R&D Groupe
Valeo


Chaire Internet des Objets (IoT)

La Chaire IoT (Internet of Things) développée en partenariat avec Schneider Electric et Valeo, a pour vocation de développer une meilleure compréhension des enjeux business et managériaux liés à l’évolution digitale et au développement des objets connectés.

La genèse : comment est née cette Chaire ?

L’IoT est une réalité concrète qui touche de nombreux secteurs, domotique, ville, santé, transport énergie, en B2B et B2C.

L’IoT apparaît comme un volet crucial de la transition digitale, des objets ont désormais la capacité de transmettre des informations contextuelles et d’être mis en réseau pour communiquer.

La Chaire IoT est née de l’envie d'accompagner étudiants, entreprises et professeurs-chercheurs dans l'investigation et la compréhension des enjeux business et managériaux liés à l’évolution digitale et au développement des objets connectés.

.

Le sens du partenariat avec Valeo et Schneider Electric

Réunir professeurs et étudiants motivés par l’IoT autour de deux acteurs reconnus de l’IoT tels que Valeo et Schneider Electric constitue une opportunité exceptionnelle. Les étudiants bénéficient d'échanges avec les entreprises partenaires de la chaire qui en retour peuvent tester leurs innovations auprès de la nouvelle génération (proof of concept).

.

Quel est l’objet de cette Chaire ?

La Chaire IoT se donne pour mission de permettre aux étudiants d’ESCP Europe d’accéder à un nouveau cursus d'enseignement où ils pourront appréhender les enjeux business et managériaux liés à l’évolution digitale et au développement des objets connectés. 

Les étudiants bénéficient d'échanges avec les entreprises partenaires de la chaire qui en retour peuvent tester leurs innovations auprès de la nouvelle génération (proof of concept).
C'est la possibilité de produire et diffuser du savoir sur un sujet à la pointe des préoccupations des entreprises.

Conférence annuelle, écriture de business cases, communications dans la presse ou en conférence, prix du meilleur mémoire étudiants, thèses de doctorat dans le programme doctoral de l’ESCP Europe… Les activités de la Chaire s’annoncent nombreuses !

Retour ici sur la 1ère rencontre de la Chaire qui s'est tenue le 20 octobre. Près de 200 étudiants, experts et professionnels de l'IoT se sont retrouvés pour discuter sur les best practices et analyses.

.

Quels axes de recherche ?

Les axes de recherche développés dans la Chaire IoT englobent un ensemble d’enjeux, à savoir : 

  • enjeux liés aux acteurs, stratégies et organisations : nouveaux modèles économiques, création d’écosystèmes et création de valeurs, etc. 
  • conséquences pour l’individu: nouveaux comportements et usages pour le consommateur, perception des objets connectés, expérience d’utilisation et de partage, consentement à livrer des données individuelles et à se dévoiler, différences multi-culturelles, etc. 
  • enjeux marketing : prévisions des comportements, affinement du contenu de l’offre, hyper-segmentation et risques, prix et optimisation de la valeur, gestion de la relation-client, nouvelles mesures de suivi et de performance, etc. 
  • enjeux d’innovation : dualité industrielle-numérique spécifique aux objets connectés, open innovation, processus d’adoption des innovations (objets & services associés), rôle du design, etc. 
  • enjeux éthiques et juridiques : propriété des données, gestion des données sensibles, évolution des cadres juridiques, etc. 
  • enjeux sociaux : composante sociale des objets connectés, impact sur la définition de nouvelles fonctionnalités de la vie quotidienne, etc. 

Le mot de la Directrice Scientifique

David Chekroun, Professeur, ESCP Europe

"L’IoT est une nouvelle étape dans la révolution digitale et participe à la construction d’une nouvelle société. Mes motivations à m'investir dans la création de cette Chaire.

- Une Business School telle qu’ESCP Europe a pour mission de former ses étudiants à devenir les futurs managers des entreprises de l’IoT.
- Une Chaire doit être ancrée dans la réalité des entreprises : avec nos partenaires, Schneider Electric et Valeo, nous co-créons et avançons ensemble. Les thématiques des cours, les axes de recherche et leurs priorités, les projets à réaliser par les étudiants, les thèmes des rencontres et conférences sont décidés ensemble en comité d’orientation.
- La diversité des regards est toujours une source de richesse. Notre but est de développer une réflexion transverse nourrie par l’expertise d'entreprises à la pointe de l’IoT et celle de professeurs à la croisée de plusieurs disciplines (stratégie, système d’information, innovation, marketing...).

Je fais le voeu qu'ainsi étudiants, entreprises et professeurs, participeront activement à la transition numérique."

Sandrine Macé
Professeur et Directrice Scientifique de la Chaire

Nouvelle ère du numérique : l'ère des objets connectés. Internet s’étend au monde non virtuel et se matérialise, les objets se dématérialisent. Cette nouvelle ère engendrera des dizaines de milliards de dollars.

Quels sont les enjeux pour les entreprises ?
La vente de nouvelles solutions connectées représente une source d’innovation et un potentiel de chiffres d’affaires additionnel.
Les systèmes connectés permettront de réduire les coûts, de dégager des gains de productivité et d'efficacité opérationnelle
Enfin, le modèle user-centric permet d’envisager un nouveau modèle économique basé sur la tarification à l’usage.

Quels sont les enjeux sociétaux ?
Au-delà des gains économiques estimés par les grands cabinets en stratégie (11 milliards de milliards selon McKinsey), la société sera gagnante en termes de qualité de vie grâce aux gains de temps, gain de santé, un environnement plus sain, meilleure qualité de vie individuelle et collective (infrastructures globales). 
N’oublions pas les externalités négatives souvent négligées dans les calculs de gains économiques. Ainsi, les données numériques consomment beaucoup d’énergie, l’impact sur la planète (matières premières, pollution, émission CO2) est donc considérable. Aussi, les conséquences d’une société automatique (Bernard Stiegler, 2015) sur l’emploi devraient être considérées. Il est temps d’imaginer la complémentarité entre la créativité humaine et les algorithmes, plutôt que la substitution de l’un par l’autre. Enfin, l’exploitation des données privées peut nuire au bien-être des individus, les réflexions et actions sur la protection de la vie privée doivent aboutir.