Share this page
| More

Friday 07 September 2012

Soutenance de Thèse Ph.D. : "L’institution seconde Université d’Entreprise. Une analyse de l’imaginaire organisationnel"

Xavier PHILIPPE, doctorant du programme Ph.D. ESCP Europe soutiendra publiquement sa thèse de Doctorat en Sciences de Gestion, le 7 septembre 2012 à ESCP Europe.

Titre de la Thèse : «L’institution seconde Université d’Entreprise. Une analyse de l’imaginaire organisationnel»

Sous la direction de

Jury

    • Pr. Florence GIUST-DESPRAIRIES, Professeur des Universités, Université Paris Diderot, Paris 7 (Rapporteur)
    • Pr. Mokhtar KADDOURI, Professeur des Universités, Lille 1 (Rapporteur)
    • Pr. Loïc CADIN, Professeur, ESCP Europe
    • Pr. Marc UHALDE, Docteur en Sociologie

    Résumé de la thèse :

    L’Université d’Entreprise est un objet peu traité par la littérature. Elle est ainsi majoritairement perçue comme une structure devant, notamment par la formation et le développement des compétences, contribuer à l’atteinte des objectifs stratégiques de son organisation-mère, mais également favoriser le renforcement d’une culture interne. Par-delà cette définition instrumentale, à quoi sert une Université d’Entreprise ? La dénomination même de ce type de structure interroge. Y aurait-il, outre la mission gestionnaire qui lui est confiée, des « fonctions latentes » pour l’Université d’Entreprise ? Comment dépasser la vision culture pour en questionner les motivations profondes ? Nous avons souhaité mobiliser au cours de ce travail un cadre interprétatif permettant de dépasser la fonction visible de l’objet et ainsi interroger sa dimension imaginaire. Pour ce faire, nous avons eu recours à deux plans théoriques différents, l’un prescriptif et l’autre analytique, afin d’interroger dans un mouvement itératif les différents rôles et fonctions qui pourraient être ceux de l’Université d’Entreprise. Un dispositif particulier issu de méthodes qualitatives a été construit. Il repose sur le recueil de deux types de discours différents, l’un contrôlé, l’autre spontané afin de favoriser l’analyse des deux plans théoriques. Par ailleurs, nous avons souhaité interroger l’ensemble des parties prenantes de l’Université d’Entreprise. Dans cette optique, différentes techniques (données secondaires, entretiens, observation et recueil de dessins) ont été utilisées. Les résultats de cette recherche doctorale sont multiples. Ils permettent tout d’abord le dévoilement d’une institution seconde de l’imaginaire organisationnel, l’Université d’Entreprise. Celle-ci, créatrice de liens particuliers entre une organisation et les individus qu’elle emploie va favoriser l’effectivité de l’imaginaire organisationnel. Cela repose sur la formulation d’une promesse faite par l’organisation-mère aux individus. Le développement et la mise à disposition de leur capital humain permettraient ainsi de leur offrir des perspectives de carrière. Cette promesse repose sur trois principes imaginaires qui fondent le rôle de médiation de l’Université d’Entreprise : les valeurs promues par l’organisation-mère, le prestige procuré par le partenaire académique et les attentes de reconnaissance dont font preuve les individus. C’est sur la base de ce triptyque imaginaire que nous proposons de repenser le rôle institutionnel de l’Université d’Entreprise.
    Mots-clés : Université d’Entreprise, institution seconde, imaginaire, promesse de carrière

    Abstract:

    The study of the Corporate University is a topic that has received little attention in the literature. It is thus largely seen as a structure dealing with training issues which has to contribute both to the strategic development of its parent organization and to foster the internal culture. Beyond this instrumental definition, what is really a Corporate University? The very name of this structure raises some questions. Is there, in addition to the visible managerial mission statement, some “latent functions” for the Corporate University? How is it possible to go beyond the cultural issue in order to question the hidden motivations? We have mobilized during this work an interpretative framework that helps to question the imaginary dimension of the object beyond its visible function. To do this, we used two different theoretical “frameworks” The first one is prescriptive and the second one is analytical. Our aim is to question in an iterative movement the different roles and functions that could be those of the Corporate University. A particular framework based on various qualitative methods was built. It is based on the collection of two different types of discourse, one controlled and one more spontaneous in order to mobilize the two theoretical frameworks we mentioned. Furthermore, we wanted to interview all stakeholders of the Corporate University. Different techniques (secondary data, interviews, observation and collection of drawings) were used to reach this goal. The results of this doctoral research are numerous. First, they allow the unveiling of a secondary institution of the organizational imaginary, here the Corporate University. It creates a special relationship between an organization and the people it employs and will promote the effectiveness of the organizational imaginary. This is based on the formulation of a promise made by the parent organization to individuals. By offering their human capital to the organization, individuals will expect career opportunities in return. This promise is based on three principles underlying the imaginary role of the Corporate University: the valuespromoted by the parent organization, the prestige provided by the academic partner and expectations of recognition shown by individuals. We propose to rethink the institutional role of the Corporate University on this imaginary triptych basis.
    Keywords: Corporate University, secondary institution, imaginary, career promise

    <- Back to: News