Share this page
| More

Thursday 24 September 2009

Propos sur l'humour en entreprise, par Hervé Laroche dans le Nouvel Economiste

“Choquante, cette nouvelle attitude sociale obligeant à être drôle, jusqu’au stéréotype”

Dérangeant, subversif, l’humour qui contribue à bâtir les réputations échappe à toute organisation. Même s’il améliore de façon efficace à la créativité. Mais ce qui me frappe actuellement le plus, c’est cette nouvelle attitude sociale obligeant à être drôle, jusqu’au stéréotype. De cette mode de la moquerie généralisée, cette obligation de tourner tout en dérision, jusqu’à mettre sur le banc d e touche ceux qui ne rentrent pas dans le jeu en les transformant en pisse-vinaigre. Simultanément, les directions de la communication font régner l’ordre en contrôlant l’esprit de sérieux dans toutes les formes d’expression de l’entreprise, jusqu’à en faire un univers très formalisé. L’humour étant une manifestation de la souffrance, d’une certaine distance ironique, il devient souvent une soupape difficile à supporter. Une fonction sociale faisant partager dans la complicité une situation éprouvante. Les frontières ne sont d’ailleurs pas claires dans cet univers très formaté. C’est très comparable à la situation d’un professeur qui n’est pas drôle : un handicap qui peut avoir des effets ravageurs auprès de ses élèves. Le rire agit comme une catharsis et permet de faire sortir beaucoup de choses dans une organisation.

Hervé Laroche, professeur au département Stratégie, Hommes et Organisation d’ESCP Europe.

Lire le dossier complet

<- Back to: News