Share this page
| More

Monday 01 July 2013

Soutenance de Thèse de Doctorat : "The Organizational Benefits of Alternate Mindsets: How Meditative Techniques Enhance Employee Well-Being and Creativity"

Marie Elisabeth Holm, étudiante du programme doctoral ESCP Europe soutiendra publiquement sa thèse de Doctorat en Sciences de Gestion, le 1er juillet à 14 heures à ESCP Europe (salle 4210) dans le cadre de l'Ecole Doctorale de Management Panthéon-Sorbonne.

Titre de la Thèse : «The Organizational Benefits of Alternate Mindsets: How Meditative Techniques Enhance Employee Well-Being and Creativity»

Sous la direction du Professeur Isaac GETZ, ESCP Europe 

Jury :

  • Mme Florence CHARUE-DUBOC, Professeur, Ecole Polytechnique
  • M. Alain KOKOSOWSKI, Professeur, Université de Versailles St-Quentin-en-Yvelines

Rapporteurs :

 

  • M. Todd LUBART,  Professeur, Université Paris Descartes (Paris 5)
  • Mme Catherine VOYNNET-FOURBOUL, Maître de Conférences, Université Panthéon-Assas (Paris 2)

Abstract:

In contrast to the traditional mindset (TMS)—the conscious awareness, controlled mental processes, and analytical-logical manipulation of symbols—an alternative mindset (AMS) is viewed as the pre-conscious mental processes (i.e. associative, imaginative, intuitive) and holistic thinking (Davis-Floyd and Arvidson, 1997; Dane and Pratt, 2007; Hodgkinson et al 2009). Since Plato, the West has considered TMS as the hallmark of intelligence and simply of any cognition. Yet, in recent decades various research explored complementary and/or alternative to analytical-logical cognition mental systems (eg., Damasio, 1994; Nisbett  & al., 2001; Wagner & Sternberg, 1985). The alternative mindset—an array of such systems—was primarily explored for its individual benefits, while our research focuses on organisational benefits.

To do this, we used a bi-weekly meditative practice to induce an AMS in organisational actors. We hypothesized that following the shift from TMS to AMS, organisational actors will benefit from enhanced creative production and well-being. Empirical experiments were conducted with 144 self-selected participants within two organisations—a business and a municipal government—in Canada (measuring levels of well-being and creativity) and one in France—a business school administration—(measuring levels of well-being), consisting of eight bi-weekly 20 minute sessions of guided meditation (Fredrickson et al. 2008, Oz et al. 2009, Sears & Kraus 2009; for the control group a “placebo” technique of relaxation was used; Rausch et al., 2006).

For experiments measuring well-being, participants completed the Satisfaction with Life Scale (SWLS; Diener et al., 1985) prior to each session. Next, they were led through a meditation session, and then completed the Mindful Attention Awareness Scale (MAAS; Brown & Ryan, 2003) to assess the extent of entering an AMS. At the end of their work day, participants again completed the SWLS. For experiments measuring creativity, prior to the first session, participants outlined several challenges that they were currently encountering at their work, from which one was selected for the experiment. Prior to each experimental session, participants took a creativity test, the Adjective Check List (ACL) Creativity Scale (Domino, 1970). Next, they were administered a meditative technique and then completed the MAAS to assess levels of alternate mindsets. Finally, at the end of their work day, they again completed the ACL, and reported solutions to their selected challenge. These solutions were then assessed by a panel of three judges on two creativity criteria (novelty and usefulness) using the piles method.

Statistical analysis, using the fixed effects model, showed significant increase in well-being and creativity for the experimental groups compared to the control groups for all three locations after six sessions. In addition, mindfulness—not being a dependent variable—also increased significantly after six sessions.

In terms of limitations of this research, in order to implement meditative techniques to elicit AMS, employees must be willing to give of their time and attention to participate in meditation sessions. Because only a portion of employees are self-motivated to attend and participate in meditation sessions on their own time, which introduces a self-selection sample bias, alternative enrollment solutions must be attempted if all employees are to participate.
Future possibilities for research involve replicating the experiments at additional—business and/or not-for-profit—organisations, measuring either: (1) the same individual benefits of AMS, in order to strengthen the ecological validity of results and be able to have sufficient numbers of participants to make demographic comparisons such as we were not able to yet achieve. For instance, this research could explore how cultivation of AMS varies with age, gender, job role (managerial versus front-line, various hierarchical levels) or venue (such as in an educational or health-care institutions or non-profit organisations), or (2) additional AMS benefits, either at the individual (such as level and duration of concentration, level of fulfillment or work engagement), team (such as group cohesiveness, team productivity or extent of synergy) or organisational level (such as corporate citizenship, turnover levels, absenteeism levels or productivity), or a combination of these. Finally, given the debate in the research of whether concentrative techniques such as transcendental meditation or mindfulness meditation are more effective, an array of meditation techniques could be tested, to identify that with greater and more lasting organisational benefits.

To conclude, our study shows that the induction of AMS through meditative techniques has possible applications in counteracting the phenomenon of rising stress levels within organisations. As the organisational benefits of AMS span from enhanced well-being and creative production, as shown in our experiments, to potentially higher employee engagement, improved health and greater relaxation, introducing AMS-inducing techniques into organisations could potentially aid in minimizing stress levels and thus reducing negative impacts of stress. Furthermore, applying AMS-inducing techniques could benefit organisations in other ways beyond stress reduction, such as higher profitability, as a result of AMS benefits including enhanced concentration, lower absenteeism and greater awareness amongst participants.

Résumé de la thèse :

Contrairement à l’état d’esprit traditionnel (TMS)— prise de conscience, contrôle des processus mentaux, et manipulation analytique-logique des symboles—un état d'esprit alternatif (AMS) est considéré comme étant un processus mental pré-conscient (c’est-à-dire associatif, imaginatif, intuitif) et une réflexion holistique (Davis-Floyd et Arvidson 1997, Dane et Pratt 2007, Hodgkinson et al 2009). Depuis Platon, l'Occident a considéré le TMS comme la marque de l'intelligence et tout simplement de la cognition. Pourtant, ces dernières décennies, diverses recherches ont exploré des compléments et/ou alternatives aux systèmes de la cognition analytique-logique (par exemple, Damasio 1994, Nisbett et al. 2001, Wagner et Sternberg 1985). L’état d’esprit alternatif—un exemple de ces systèmes alternatifs—a été principalement étudié pour ses bienfaits individuels, alors que notre recherche se concentre sur ses bénéfices organisationnels.

Pour ce faire, nous avons mis en place une pratique bi-hebdomadaire de méditation pour provoquer une transition vers l’AMS chez les acteurs organisationnels. Nous avons fait l’hypothèse générale que suite au passage du TMS à l'AMS, les acteurs organisationnels bénéficieront d’une production créative et d’un bien-être accrus. Les expériences empiriques ont été réalisées avec 144 participants auto-sélectionnés au sein de deux organisations—une entreprise et une autorité municipale—au Canada, et d’une autre—administration d’une école de commerce—en France. Chacune des trois expériences s’est composée de huit séances bi-hebdomadaires de 20 minutes de méditation guidée pour le groupe expérimental (Fredrickson et al. 2008, Oz et al. 2009, Sears & Kraus 2009); une technique de relaxation a été utilisée pour le groupe témoin (Rausch et al. 2006).

Pour les expériences de mesure du bien-être, les participants ont complété « l’échelle de la satisfaction dans la vie » (SWLS; Diener et al, 1985) avant chaque session. Ensuite, ils ont participé à une séance de méditation, puis complété « l'échelle de sensibilité à l’attention consciente » (Mindful Attention Awareness Scale/MAAS, Brown & Ryan, 2003) pour évaluer l'ampleur de l’entrée dans l’AMS. A la fin de leur journée de travail, les participants ont à nouveau saisi les SWLS. Pour les expériences de mesure de la créativité, avant la première séance, les participants ont fait part de plusieurs challenges qu'ils rencontraient dans leur travail,  et ont choisi l’un d’eux pour l'expérience. Avant chaque session expérimentale, les participants ont eu un test de créativité, l’échelle de la créativité (Domino, 1970) de la  liste de vérification des adjectifs (ACL). Ensuite, ils ont utilisé une technique de méditation puis rempli les MAAS pour évaluer l'ampleur de l’entrée dans l’AMS. A la fin de leur journée de travail, ils ont à nouveau complété l'ACL, et proposé des solutions au challenge qu’ils avaient choisi. Ces solutions ont ensuite été évaluées par un panel de trois juges sur deux critères de créativité (nouveauté et utilité) à l'aide de la méthode de piles.

L'analyse statistique à l’aide du modèle à effets fixes a montré un accroissement significatif du bien-être et de la créativité pour les groupes expérimentaux par rapport aux groupes  témoins pour les trois sites et ceci après six séances. En outre, la pleine conscience, n'étant pas une variable dépendante, a également augmenté de façon significative après six séances.

Quant aux limites de cette recherche, afin de mettre en œuvre des techniques de méditation pour susciter l’AMS, les employés doivent être disposés à donner de leur temps et attention afin de participer à des séances de méditation. Seulement une partie des employés est motivée pour assister et participer à des séances de méditation sur son propre temps, ce qui introduit un biais d'auto-sélection, des solutions alternatives doivent être tentées si tous les employés  participent.

Les possibilités futures pour la recherche comprennent la reprise des expériences dans d’autres organisations, à but non lucratif et/ou des entreprises, pour explorer soit (1) les mêmes avantages individuels de l'AMS, afin de soutenir la validité écologique des résultats et d’être en mesure d'avoir un nombre suffisant de participants pour faire des comparaisons démographiques que nous n'étions pas en mesure de réaliser ; par exemple, cette recherche pourrait explorer comment le développement de l'AMS varie avec l'âge, le sexe, le rôle professionnel (managérial par rapport à la première ligne, différents niveaux hiérarchiques) ou le site (par exemple, des établissement éducatifs ou de santé ou des organismes à but non lucratif) ; soit (2) des bienfaits supplémentaires de l’AMS, que ce soit au niveau individuel (tels que le niveau et la durée de concentration, le niveau  de satisfaction d’implication dans le travail), à l’échelle de l’équipe (tels que la cohésion du groupe, la productivité, ou l’étendue des synergies) ou au niveau organisationnel (comme la citoyenneté des entreprises, les niveaux de chiffre d'affaires, le taux d'absentéisme ou la productivité), ou une combinaison de ces éléments. Enfin, compte tenu du débat dans la recherche sur l’efficacité de techniques concentratives comme la méditation transcendantale ou la méditation de pleine conscience, une gamme de techniques de méditation pourrait être testée afin de le vérifier, avec des avantages organisationnels plus larges et durables.

En guise de conclusion, notre étude montre que l'introduction de l'AMS par le biais des techniques de méditation aurait d’éventuelles applications dans la lutte contre le stress dans les entreprises. Comme les avantages organisationnels de l'AMS vont de la créativité et du bien-être accrus, comme démontré dans nos expériences, à l'engagement potentiellement plus élevé des collaborateurs, une santé meilleure et une grande détente, l'introduction des techniques de méditations dans les organisations pourrait aider à réduire le mal être ou le désengagement et la manque d’initiative et de créativité. L’éradication totale de ces phénomènes négatifs nécessite bien-sûr une transformation des entreprises, mais en attendant, les employés peuvent souffrir moins et être plus créatifs.

<- Back to: News